Changer Votre Travail pour Changer Votre Vie

Changer Votre Travail pour Changer Votre Vie

Beaucoup de travailleurs et demandeurs d’emploi craignent de passer pour des “sauteurs d’emplois.” Ils se forcent à se cantonner dans des emplois qu’ils détestent, par crainte que les employeurs ne les rejettent s’ils ont trop d’emplois à court terme sur leur CV.

Mais dans la réalité, beaucoup de gens changent d’emploi plus souvent qu’on ne le croit. Par exemple, les Américains passent en moyenne quatre ans dans un emploi et occupent dix emplois au cours de leur vie. La durée d’occupation d’un emploi par un travailleur américain typique auprès de son employeur en 1996 était de 3,8 ans, en 2000 de 3,5 ans et en 2008 de 4,1 ans, selon la Current Population Survey du Bureau américain du recensement. Par ailleurs, une étude menée par l’économiste américain Chuck Pierret sur la stabilité de l’emploi des travailleurs américains a révélé que les personnes âgées de 18 à 42 ans ont occupé en moyenne dix emplois.

Dès lors, si vous vous sentez toujours fatigué et épuisé dans votre travail actuel, que votre situation professionnelle ne correspond pas à ce que vous voulez faire pour le reste de votre vie, ou que l’argent ne compense plus le vide et l’ennui que vous ressentez dans votre carrière actuelle, vous voudrez peut-être changer d’emploi. Changer n’est pas chose aisée, mais les avantages que vous pouvez en tirez sont d’une positivité que vous n’aurez jamais imaginée, tant sur le plan personnel que professionnel.

Le coût de la stabilité

Si son employeur aime embaucher des gens qui ont passé des années dans chaque emploi plutôt que des gens qui ont changé d’emploi plus souvent, cet employeur ne peut pas être bon pour votre carrière. Certaines entreprises refusent de recruter des candidats qui ont eu des emplois de courte durée (même des emplois qui ont duré deux ou trois ans) sur leur CV. Si une telle entreprise vous rejette, vous l’avez échappé belle. Il faut avoir peur dans une entreprise qui refuse les postulants parce qu’ils ne restent pas bloqués dans leur emploi pendant des années.

Les organisations peu dynamiques sont encombrées par une bureaucratie excessive et des règles obsolètes. Les entreprises actives sont celles où les gens sont libres de faire leur travail et d’agir en fonction de leurs idées.

Dans le passé, la sécurité de l’emploi était le maître mot. Les gens voulaient obtenir leur diplôme universitaire et se réfugier dans un lieu de travail stable qui leur permettrait de conserver leur emploi jusqu’à leur retraite. Ces jours sont révolus. Personne ne peut vraiment vous garantir un emploi à vie. Votre sécurité de l’emploi n’est plus une chose que votre employeur contrôle. C’est vous qui en êtes responsable, en établissant votre propre valeur sur le marché du travail.

 

De leur côté, les employeurs qui vous respectent le plus et vous offrent les meilleures conditions pour apprendre sont ceux qui privilégient les vrais accomplissements plutôt que de miser sur la stabilité fondée sur l’ancienneté dans un emploi.

Le bonheur avant tout

Bien sûr, lorsqu’ils trouvent du réconfort dans quelque chose, que ce soit dans son travail, ses amis ou ses études, les gens profitent de ce moment pour se mettre à l’aise. Avery Roth, un coach en changement de carrière, a vu de nombreux professionnels en activité trouver leur zone de confort et y rester, relate Business Insider. Selon elle, plus longtemps les professionnels se laissent porter par la routine, plus ils ont de choses à perdre.
“Naviguer en douceur vous laisse jouer petit et vous empêche d’atteindre votre plein potentiel,” a déclaré Roth à Business Insider. “Bien que cela ne semble pas immédiatement menaçant, il viendra un moment où le confort de votre travail se transformera en ennui.” Plus vous restez longtemps sur place, plus il vous faudra d’énergie pour vous pousser à agir dans la poursuite de votre croissance personnelle. Roth conseille d’agir sans tarder et de changer de travail pour éviter de souffrir plus tard, un point de vue partagé par son homologue Gracie Miller.

Cette coach de carrière constate que ses clients font un peu comme leur travail, mais ont l’impression qu’il leur manque quelque chose. Ils trouvent souvent qu’ils n’utilisent pas beaucoup de leurs compétences, ne sont plus intéressés par le travail, et souhaitent pouvoir aider les gens et trouver une plus grande satisfaction. “Cela vaut la peine de prendre le risque de rechercher le bonheur à long terme,” a déclaré Miller. “Vous devez agir sur le fait qu’au fond de vous savez que vous pourriez être plus épanoui.” “Vous en serez plus heureux, et votre famille, vos amis et vos collègues seront plus heureux d’être près de vous,” ajoute-t-elle.

Un salaire plus généreux

En plus de l’inconvénient psychologique, le cabotage a un inconvénient matériel. Rester plus de deux ans dans une entreprise est préjudiciable à votre salaire et à votre valeur, a expliqué Samantha Spica du site de carrières Fairygodboss à Business Insider. “Il y a une limite à l’augmentation de votre salaire par votre manager.”

Lorsque l’enquête 2020 Midlife Career Crisis du site Joblist a fait état des cinq principales raisons pour lesquelles les gens changent de carrière aux USA, l’amélioration des salaires est arrivée en tête avec un pourcentage impressionnant de 47% de personnes interrogées qui ont cité cette raison comme étant la raison de leur changement de travail. “Trop stressant” était la raison invoquée par 39 % des personnes interrogées, “meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée” par 37 %, “envie d’un nouveau défi” par 25 % et “ne plus être passionné par le domaine” par 23 %.

L’avantage de ceux qui sont en train de changer d’emploi est qu’ils sont capables de négocier à partir d’un point fort. Si le salaire ne fonctionne pas, les professionnels peuvent décliner l’offre et continuer à chercher tout en conservant leur rôle actuel.

Comment décrocher un meilleur emploi

Un paradoxe auquel sont confrontés de nombreuses personnes qui changent de travail est de savoir gérer une transition majeure alors que le temps est compté et que l’énergie est déjà faible. Si votre emploi vous a épuisé au point de vous faire perdre votre temps, la première chose à faire est de vous sortir de l’ornière de votre carrière et de retrouver une place valorisante.

Vous avez probablement besoin de nouvelles compétences. Pour réussir votre changement de métier, vous devrez investir du temps à acquérir des compétences, des connaissances ou de l’expérience. En consultant les descriptions des postes que vous souhaitez occuper, vous pourrez trouver les failles de votre propre parcours.
Une fois que vous avez acquis les compétences nécessaires pour votre nouvel emploi ou votre nouvelle profession, vous devez être en mesure de faire vos preuves dans ce domaine. Selon votre orientation, vous devrez peut-être faire un stage, obtenir un certificat ou toute autre preuve d’expérience. Souvent, les employeurs ne se soucient pas de la manière dont vous acquérez de l’expérience, mais simplement du fait que vous pouvez prouver que vous avez effectué un certain travail.

Le moment est venu de modifier votre CV. De nos jours, tout le monde devrait avoir un profil en ligne sur LinkedIn ou Bayt qui attire les recruteurs. Lorsque vous serez prêt à postuler pour un emploi, veillez à rédiger une lettre de motivation qui reflète vos aspirations, ainsi qu’un CV recentré sur vos nouveaux objectifs.Enfin, soyez patient. Si vous voulez vraiment que ce changement de carrière se produise, cela peut prendre un certain temps. Pour rendre ce processus gérable, commencez petit : demandez-vous ce que vous pourriez faire cette semaine pour lancer le processus. Peut-être avez-vous juste besoin de passer quelques minutes à chercher votre emploi de rêve sur Indeed ou Facebook.Si vous faites un pas aujourd’hui, puis un autre demain, vous aurez bientôt fait de réels progrès, et soudain vous regarderez en arrière et réaliserez que vous avez réellement réussi, et que vous avez rejoint les 80 % de personnes qui, dans l’enquête de Joblist, ont déclaré qu’elles auraient aimé faire ce changement plus tôt, deux ans plus tôt pour ainsi dire.

Articles associés